maso et miso vont en bateau, le retour

Le poste de directeur de l’école nationale supérieure des beaux-arts, qui va se libérer à la fin de cet année, est l’objet d’une confrontation qui, si elle est souterraine, n’en est pas moins violente. Le ministre n’a pas encore pris sa décision mais déjà, un certain nombre de lettres paraissent, plus ou moins ouvertes, de personnalités qui soutiendraient la candidature "d’un artiste" pour cette école.
Derrière les généralités, il ne faut pas se leurrer : le seul candidat "artiste" restant parmi les pré-sélectionnés est Jean-Marc Bustamante, qui se trouve être déjà professeur à l’école, décoré de la Légion d’Honneur, et tutti quanti.

"« L’homme a besoin de conquérir des territoires, la femme trouve son territoire et elle y reste ; alors que les femmes cherchent un homme, un homme veut toutes les femmes. La femme, dès qu’elle a trouvé son territoire, elle y reste […]. Les hommes sont toujours dans la recherche de territoires vierges »*.*Jean Marc Bustamante, 2005.

Dans le livre qui lui est consacré (une monographie parue chez Flammarion, en 2005) et dans un entretien croisé de Bustamante avec Christine Macel, conservatrice au Centre Pompidou et Xavier Veilhan, un autre artiste, des propos encore plus ridicules que misogynes fusent. Bustamante le regrette peut-être mais la chose a été publiée dans un livre le concernant : nul doute qu’il a du donner son accord.

Cécile Proust a repris texto ces propos "croisés" dans une vidéo hilarante, une "femmeuse-action" intitulée "Les femmes ne tiennent pas la distance".

femmeusesaction #18, les femmes ont du mal à tenir la distance from Jacques Hoepffner on Vimeo.

Élisabeth Lebovici
http://le-beau-vice.blogspot.com/