N°3

Chloé Delaume

revue
décembre 2004

avec Sylia Aire, Éric Arlix, Patrick Bouvet, Arno Calleja, THTH, Arnaud Cathrine, Frédéric Forte, Jérôme Laperruque, Éric Pessan, Grégoire Louis, Troudair, Clotilde Mélisse, Hugues Jallon, Igor Tourgueniev

Au commencement était non pas le Verbe mais les cervelles, et ces cervelles parlaient bien plus fort que les hommes qui sont venus après. Aujourd’hui moins qu’hier mais plus encore sûrement que les jours à venir seule votre cervelle parle. Elle a sa propre langue, rêche ou amphigourique, et tant d’informations qu’il est temps d’écouter,

Revue numérique à périodicité aléatoire, au nombre de pages indéterminé et en téléchargement gratuit. Un opérateur différent à chaque numéro choisit une thématique et invite des auteurs à produire un texte d’environ 1000 signes.

Je te parle dans une langue qui ne peut être mienne, mon dialecte spongieux te semblerait, somme toute, parfaitement archaïque et tu n’en maîtrises pas l’once d’une labiale, ça ne servirait à rien que je m’adresse à toi en roulant au palais ces mots que je connais, ils sont intraduisibles, intraduisibles sais-tu que je ne peux que me taire tant il m’est impossible de te transmettre un verbe à jamais étranger, pour ton rhésus caillé amensal médiatique étranger, entends-tu, ce mot tu le comprends, familier et vaillant, n’est-ce pas, il sait sautiller haut ta glotte en régurgite son cortège imagé fractales au trot, bien sûr, vois comment tu fonctionnes, je ne peux rien te dire, je peux toujours parler, tu tannerais tes tympans mais rien ne se passerait, juste de la musique, j’ai essayé, jadis, nous avons essayé, refoulés et maudits, qualifiés reptiliens honnis générations, certains essayent encore, des secrets de ma langue peuvent parfois résister face au système limbique, seule la ténacité passe le néocortex chez quelques d’entre-vous, et de toute façon dans ce cas là on est rattrapé par le Tercian.


    hypercourt3

     [PDF | 269.4 ko]

N°3