L’ATELIER DE L’INVISIBLE

Apprendre à philosopher avec Platon

Arnaud Macé

Collection Chercheurs d’ère

livre de 160 pages
Format : 13,5 x 20 cm
18 novembre 2010
16 euros
isbn :978-2-915453-97-3 

Entrez dans l’atelier de Platon : venez apprendre à philosopher. Philosopher, c’est aimer le savoir, tous les savoirs. Or les dialogues de Platon sont, encore aujourd’hui, une école pour ceux qui veulent cultiver ce désir. Plus précisément, les dialogues sont un atelier, et ceci en deux sens. D’une part, parce que Platon nous laisse devant une multitude de personnages, de situations, de savoirs et de pratiques : nous sommes invités à être philosophes en les embrassant tous et toutes, afin de chercher par nous-mêmes le fil qui secrètement les relie. D’autre part, parce que les artisans y sont omniprésents : foulons, charpentiers, cordonniers, forgerons, médecins et bergers peuplent les dialogues, comme autant de figures de ces savoirs que doivent désirer les philosophes. Le présent ouvrage propose au lecteur de suivre ces artisans pour trouver ensemble l’unité philosophique disséminée dans les dialogues. A l’école des artisans, nous découvrirons pourquoi l’amour du savoir peut transformer nos existences individuelles et collectives.

Une opinion hâtive et tenace oppose les hauteurs de la philosophie à la pénombre de l’atelier. La philosophie est une attitude que les anciens grecs ont appelée ainsi parce qu’elle appartient à ceux qui sont mus par le désir de tous les savoirs, de toutes les sciences, de toutes les pratiques en lesquelles l’expérience humaine du monde se dissémine. Le philosophe aime les savoirs sous toutes leurs formes, partout où il s’en trouve. Or, dans l’atelier, ils sont nombreux. Le plus ancien des corpus philosophiques qui nous soit parvenu en bon état, les dialogues de Platon, témoigne justement de cette envie de suivre ces hommes de savoir que sont les artisans, en les prenant pour le modèle même de la connaissance à l’œuvre. Pourquoi faire ? Parce que la philosophie, avec Platon, s’érige en entreprise de transformation savante de soi-même et de la communauté politique : la philosophie prend modèle sur l’artisan producteur de meubles et de maisons pour découvrir un savoir producteur de nous mêmes - de chacun de nous comme du corps que nous formons ensemble. C’est aussi pour cela que Platon n’écrit pas, comme ses devanciers, de traités en vers ou en prose délivrant une théorie de plus sur les choses. Il propose plutôt un exercice pratique. Les dialogues déploient un monde où fourmillent de multiples objets et de multiples savoirs. À nous de nous y retrouver, d’y tracer un chemin possible et, ce faisant, de devenir à notre tour artisans-philosophes. Le présent ouvrage propose d’entrer dans l’atelier de Platon et d’apprendre à y manier outils et matériaux.

Visitant tous les lieux de savoir, on s’exercera d’abord à découvrir ce qui fait l’unité de tous les arts et toutes les sciences : les procédures fondamentales que sont l’art de la division et l’art du mélange. Les artisans et tous ceux qui sont capables de prendre soin d’une chose savent qu’une réalité susceptible d’être connue et travaillée est nécessairement à la fois une et multiple. Le menuisier connaît en effet tout à la fois la grande diversité des types de lits que l’on peut construire et ce qui fait que chacun d’eux est bien un lit, capable d’en exercer la fonction. Cette unité, que Platon appelle une Forme, est l’objet invisible de la pensée agissante : vous avez certainement déjà vu des lits, vous êtes même allés jusqu’à vous y coucher, mais vous n’avez jamais vu ni touché l’unité qui fait de tous les lits le même lit, au sens de cette chose dont on peut à chaque fois faire le même usage. Vous pourrez en revanche la penser, cette unité, et donc produire des objets qui en participent, si vous prenez le temps d’apprendre la menuiserie. Tout atelier est en ce sens un atelier de l’invisible, et tout artisan un connaisseur de l’invisible réalité qui préside à chaque chose. Or connaître l’art de diviser les Formes invisibles et d’en réaliser des exemplaires, c’est plus fondamentalement connaître l’art du mélange : le menuisier sait qu’il y a autant de sortes de lits différents qu’il y a de possibilités satisfaisantes d’agencer les éléments dont ils sont faits. Il est capable d’envisager la combinatoire de tous les éléments, d’éprouver les combinaisons qui ne fonctionneront pas, et aussi, en faisant défiler ainsi tous les possibles, d’imaginer la variation inédite dont résultera le lit que personne n’a encore eu l’audace de fabriquer.

Le philosophe, à l’école des hommes de l’art, apprend à soumettre toute réalité à la division et à la combinatoire, avec l’idée de se faire l’artisan de la vie individuelle et collective des hommes. À la recherche de l’unité invisible des situations justes, des moments de courage et des bonnes décisions, il cherche quel mélange précis, de quels éléments matériels et psychiques, produit chez les hommes des exemplaires de chacune de ces unités. À la recherche de ce qui fait l’unité des communautés justes et heureuses, il recherche quelle proportion idéale, quelle bonne répartition des biens matériels et spirituels, des soucis, des temps et des espaces font les communautés heureuses. Sommes-nous prêts à mesurer nos vies et nos sociétés à cette aune ? Et s’il apparaissait que nous ne savons pas prendre soin de nous mêmes et des choses ? Que d’autres configurations de nos existences, de nos activités, de nos systèmes politiques seraient plus profitables à l’épanouissement de l’espèce et à l’harmonie retrouvée de celle-ci au sein de toutes choses ? Rien ne sera peut-être plus le même, lorsqu’initiés à cet art philosophique venu d’un lointain passé, nous aurons de nouveau posé les yeux savants de l’ouvrier sur notre réalité. Entrons, animés d’une sereine et grave résolution, dans l’atelier de l’invisible.

Article de Frédéric Porcher sur Actu Philosophia
À vos établis, par Juliette Cerf, Philosophie Magazine, février 2011
Article par Lauren Malka, Magazine Littéraire, février 2011


    Communiqué

     [PDF | 99.2 ko]

L?ATELIER DE L?INVISIBLE


Frais de port