TRANSHUMANCES

Chloé Delaume

Théâtre - livre de 128 pages.
Format : 13 x 19 cm.
12 octobre 2007
13 euros
isbn :978-2-915453-42-3 

Particularité
Transhumances est une pièce de théâtre. Commandée par Bernard Comment pour France Culture fin 2003, sa version définitive a pris forme été 2005. Elle a été enregistrée au printemps 2006, puis diffusée le 3 septembre suivant, dans le cadre du cycle Voix nouvelles pour le théâtre et la radio.

Synopsis
Ils sont quatre. Deux hommes, deux femmes. La forêt est épaisse, les points cardinaux indistincts. Ils cherchent le Sud mais ignorent ce qu’ils fuient autant que ce qu’ils sont. Ils effectuent la Transhumance. Et en soi, c’est tout un programme.

Thématiques Les personnages principaux de Transhumances auraient pu être figurants dans Certainement pas. L’intrigue, quant à elle, renvoie à des problématiques abordées dans J’habite dans la télévision. En dire plus c’est dévoiler l’histoire, et pour une fois qu’il y en a vraiment une, qui plus est à rebondissements, l’auteur se refuse ici à gacher ses effets.

# 1

On entend un petit groupe de quatre personnes marcher en lisière de forêt.

Gilles
Faut prendre à l’Ouest, faut toujours prendre à l’Ouest.

Françoise
Je ne vois pas pourquoi, t’en sais rien, ça fait des jours que t’en sais rien, si ça se trouve on est revenus sur nos pas, fallait pas suivre la rivière.

Gilles
Faut toujours prendre à l’Ouest, les réfugiés vont toujours vers l’Ouest, c’est la seule façon d’être sauvés.

Charles
Arrêtez-moi si je me trompe...

Tous s’arrêtent.

Charles
...mais attendu que : Réfugié, adjectif et nom, 1435, de se réfugier. Se dit d’une personne qui a dû fuir son pays d’origine afin d’échapper à un danger (guerre, persécutions politiques ou religieuses etc.), nous n’avons aucune raison de prendre à l’Ouest.

Léonore
C’est vrai que c’est pas du tout logique. Faut aller à l’Est, du coup.

Charles
Non, au Sud.

Léonore
Mais puisque qu’on n’a pas changé de pays, faut qu’on marche vers l’Est !

Gilles (reprenant la marche)
On continue par là jusqu’au prochain croisement de sentiers et à ce moment-là on en reparle.

Tous font de même.

Françoise
C’est la Fabrique qu’il faut éviter de croiser. Là-bas ils ont besoin d’eau, c’est comme pour nous, personne peut vivre sans eau, partout où il y a de l’eau faut se méfier.

Gilles
Les chacals voyagent même dessous, c’est vrai qu’il faut faire attention.

Françoise
Mais toi tu ne t’en éloignes jamais de l’eau, à croire que tu veux les rejoindre.

Gilles
Ta Fabrique rien ne prouve qu’elle soit ici ou même ailleurs, Françoise. Alors on va se contenter de rejoindre cette foutue zone bleue en prenant par là et c’est tout.

Françoise
Non.

Gilles
Comment ça, non ?

Françoise
T’en sais rien de où on est. Depuis que t’as la migraine t’as perdu jusqu’à ton instinct, je vois pas comment tu pourrais trouver le bon chemin, t’as le ciboulot en girouette. Reconnais-le, Gilles, au point où on en est que veux-tu que ça change.

Gilles
Ca change que j’ai peut-être mal à la tête mais je l’ai gardé bien mieux que vous. Et que si je dis que c’est vers l’Ouest ce n’est pas pour rien.


    Communiqué

     [PDF | 101.3 ko]

TRANSHUMANCES


Frais de port