L’EXP. TOT.

Dominiq Jenvrey

Livre de 96 pages
Format : 13 x 19 cm.
13 octobre 2006
11 euros
isbn :2-915453-32-2 (2006) 978-2-915453-32-4 (2007) 

C’est une dissection du monde, littéraire, poétique et ontologique qui se joue ici, passée au scalpel d’une langue singulière, radicale, tranchante jusqu’à la syntaxe.

L’EXP. TOT. est une fiction théorique où s’expérimente une écriture du monde. Dominiq Jenvrey y explore les notions de volonté collective et de logique d’ensemble, impliquant à chaque ligne le lecteur, l’amenant à s’interroger sur la notion même d’action. C’est une dissection du monde, littéraire, poétique et ontologique qui se joue ici, passée au scalpel d’une langue singulière, radicale, tranchante jusqu’à la syntaxe. Il faut « bégayer son verbe » pour que la pensée se libère. La fiction implose, laissant place à l’expérience philosophique fictionnelle, telle qu’elle est pratiquée, par exemple, par Arno Schmidt dans La République des savants. Parce que l’expérience est totale, on croisera dans ce livre des extra-terrestres, la voix et le corps de Pierre Guyotat, mais aussi une méthode pour prendre le pouvoir et anéantir le capitalisme.

"La question que ce texte pose, et qu’il cherche à résoudre, il l’inscrit à hauteur de littérature, ou plutôt ce texte met la littérature à cette hauteur qu’elle seule serait capable d’y répondre. Cette question : comment faire faire au monde d’autres actions que celles qu’il fait, ou encore, comment rendre possible d’autres quotidiens à faire par l’espèce. Confronter la littérature, la langue alors, à ce type de problème, c’est l’ouvrir au possible, à comment se déclanche des idées, et à comment se résolvent des problèmes par la logique ; et qu’est-ce que cela fait à l’écriture. C’est une pensée de l’action, de la volonté, matérialiste, qui cherche à modifier les actions, à contraindre par la pensée l’action. Pour cela il faut nuire aux représentations dominantes, avec la langue, la langue qui est compromise dans ces représentations auxquelles il faut nuire, la langue va être un enjeu alors. L’expérience est totale parce que tout s’implique, qu’il n’y a pas d’enjeux autonomes, que la langue est politique parce qu’elle est engagée dans le fonctionnement du monde, il ne peut pas y avoir de langue détachée, de langue retirée du monde. Et puisque la langue est un enjeu, ce dernier ne peut être porté que par la littérature. Une fiction théoriq parce que s’y croise une nouvelle théorie de l’action, un essai sur Pierre Guyotat, une potentielle rencontre avec les extraterrestres, une méthode pour prendre le pouvoir et anéantir le capitalisme. Une fiction théoriq, encore, parce que ce texte appartient à la littérature, qu’elle seule est capable de coller tout cela ensemble, avec la langue. L’Exp Tot sert à créer de l’action inédite. L’Exp Tot est une stratégie. " D.J.


Par une question. Comment les possibilités de l’espèce en vie se les organiser. Dire plutôt que faire en espèce, que faire de l’action, quoi faire, comment faire de l’action. Bégayer son verbe. La volonté qu’est-elle une réponse à la question de que faire. L’occupation se déroule avec de la volonté veut dire l’espèce décide de son action et la décision est de la volonté collective est une mise ensemble, en une information mutuelle. La volonté qui existe alors la volonté collective et lui inventer une histoire, formée de ruptures et d’horizons, systématiser cette histoire à tous les champs de la discipline historiq, en faire des théories, l’amalgamer à la naissance des peuples, s’inventer des historiens. S’y trouvent-elles des traces de cette volonté collective en la communication, les échanges d’information et leur création forment la somme de la volonté collective. Que tout ce qui s’est laissé entreprendre l’a été par le synonyme de volonté, que doit se retrouver la répétition de la volonté collective en les traces de communication, et non en une analyse systématiq de l’action. Parce qu’elle laisse ses traces partout, en raison même qu’elles soient partout, dans tous les sens interprétables en tous sens, que l’histoire de la volonté collective ne peut être une discipline certaine ni sûre mais il faut essayer. Qu’évaluer la volonté collective est-elle possible. La quantifier. Et déterminer les époq où puisse se dire qu’elle était la plus et par quelle manière inventer une histoire inventer une science historiq parce que ne se fait pas sans histoire ne pas raconter d’histoire. Et un préalable. La volonté collective commune force d’imagination, de croisement du possible, n’opère que de moins en moins en la logiq d’ensemble. La logiq d’ensemble qui se continue d’elle-même, délaissant la volonté collective qui y a de moins en moins de prise. Or de même que la logiq d’ensemble a sa logiq, la volonté collective devrait avoir sa volonté. Dire alors plus l’occupation devient complexe plus la logiq se fait présente, jusqu’à devenir l’occupation elle-même. Quelles différences entre la logiq d’ensemble et la volonté collective, autre qu’un terme d’exclusion. Observer les processus, de comment la volonté collective élabore une logiq d’ensemble, se met en état. Puis observer que la logiq d’ensemble est une logiq qui résiste à la possibilité de ne pas être, qu’au contraire la volonté collective peut se mettre en état de ne pas résister. Que la volonté collective qui s’effectue en une logiq d’ensemble, qui se met dedans, se dépérit à être une volonté collective conservant son caractère de volonté. Voici une différence. La volonté collective il y en a, mais dans quel état on la trouve. CAD que la logiq d’ensemble l’est par la volonté collective, mais se mesure que la volonté collective se laisse faire en la logiq d’ensemble, qu’elle ne s’attribue plus d’objet, qu’elle s’y abrite, ne croit plus en elle-même au moment où il lui est le plus facile d’opérer techniquement. Existe l’évaporescence /évaporation/ de la volonté collective par les moyens techniques qu’elle a mis en œuvre pour être maximale. L’information-communication se met en état de reflet de la logiq d’ensemble. Que la logiq d’ensemble n’a jamais été autant la V.C., mais que la V.C. du même état, du même effet, déçoit. Elle se place en état de décevoir. Se dire que la V.C. peut être autre d’exister en incandescence, en un incroyable possible.


Article sur Libre_critiK septembre 2006.

Article dans Technikart septembre 2006.

Intervention dans le n°3 de la revue Talkie-Walkie.

Intervention sur le site REMUE.NET


    Communiqué

     [PDF | 633.6 ko]

L?EXP. TOT.


Frais de port